Bienvenue à bord de la Misaine

Crée dans le Sud-Finistère en 1984,  l'association loi de 1901 La Misaine s'efforce de restaurer et de faire naviguer les anciens bateaux à voile de travail, de type misainiers. Ainsi que de sensibiliser le public au travers de rassemblements comme les « vieilles coques » et de nombreux autres chaque année.

Le misainier 

Pendant la première moitié du siècle, le misainier, ou canot breton à misaine, est le plus répandu des petits bateaux de pêche de Bretagne Sud. Long de 4 à 8 mètres, il embarque selon son importance un à quatre marins-pêcheurs et demeure généralement en vue des côtes. C’est un bateau robuste, rustique, économique. Sa tenue à la mer est réputée. Construit le plus souvent par un homme seul, sans plan, ni calcul scientifique, ni machine, il est rapide à la voile et travaille à longueur d’année dans des parages connus pour leurs dangers. 

Sa charpente en chêne et ses bordées en sapin proviennent souvent des forêts voisines. Gréé d’un mât et d’une seule voile au tiers, la misaine, il peuple en grand nombre les ports les plus reculés : havres naturels, criques, grèves, vasières de fond de ria... Sa coque, basse sur l’eau, s’intègre admirablement au paysage marin, épousant la houle, « comme une mouette sur l’eau », disent les vieux marins. Imperturbable, l’équipage se consacre à la pêche. Témoins sensibles des scènes maritimes, les artistes (Maufra, Legout-Gérard, Cheffer, Dauchez ...) choisissent souvent leurs modèles parmi ces flottilles. 

Après la Seconde Guerre mondiale, la motorisation et l’abandon de la voile conduisent les marins et les charpentiers à modifier complètement les formes des bateaux de pêche. Peu de misainiers seront construits après 1950. Beaucoup trouveront refuge au fond des ports, puis seront détruits avant 1960. Victimes de la modernisation (moteurs puissants, glacières, treuils mécaniques...). Les autres naviguent au ralenti ou sont bradés à des pêcheurs amateurs. Ils connaissent alors souvent une fin rapide : leur maniement et leur entretien demandent un minimum de compétence ; l’insouciance et le désintérêt pour ces bateaux « démodés » font le reste.

Il s’est heureusement trouvé quelques propriétaires passionnés pour entretenir des misainiers. La flottille en compte encore aujourd’hui près de cent. Ces bateaux représentent une bonne part des survivants de l’authentique voile de travail dans ce pays. Au-delà des misainiers et de leur indéniable intérêt technologique et ethnologique, c’est tout un pan de notre culture qu’on peut sauver de l’oubli : un art de vivre, de travailler et de savoir.

L’association La Misaine participe pleinement à la sauvegarde de ces bateaux.

L’association La Misaine possède un « bateau amiral » Ch'oari W'an Dour. Ce nom signifie en breton « il joue sur l’eau ». Tous les membres de l’association peuvent embarquer dessus sous la responsabilité d’un « patron agréé ».

Un autre misainier « Saint-Maudet » est en cours de restauration.

Vous partager ces mêmes valeurs ? Venez nous rejoindre et devenez membre. L’association ne vit que grâce à ses membres.